19th Ave New York, NY 95822, USA

l’ethologie animale ? a quoi sert-elle ?

L’étude du comportement des animaux est extrêmement ancienne puisque certains comme Aristote (384-322 av. J.-C.) et même d’autres bien avant s’y intéressaient déjà. Cependant,  l’éthologie en tant que discipline scientifique officielle (et nouvelle branche de la Biologie) ne verra le jour qu’au XIXème siècle.

C’est le naturaliste Isidore Geoffroy Saint-Hilaire qui en 1854 a défini le terme “Ethologie” comme étant “l’étude scientifique du comportement des espèces animales, incluant l’humain, dans leur milieu naturel* ou dans un environnement expérimental “.

*Le mot ‘naturel’ est désormais à interpréter comme étant le milieu de vie ‘habituel’ de l’animal (cela peut-donc être la nature, la captivité, une ferme etc.)

ethologie phoques

Les Pionniers

Parmi les pionniers du XIXème siècle, on compte par exemple Charles Darwin, Douglas Alexander Spalding, Jakob von Uexküll, etc.

 

Le champs d’étude de l’éthologie

Quant à ce que l’éthologie couvre comme champs d’étude sur le comportement, celui-ci inclut aujourd’hui toutes ses manifestations et à tous les niveaux (de la cellule à l’organisme entier). Un vaste programme qui illustre à lui seul la diversité de cette discipline. En effet, du gène à l’organisme entier, un animal est un système qui implique plusieurs niveaux de fonctionnement et il forme avec son environnement physique, biologique et social un système plus large encore.

Ainsi, l’éthologie consiste à rechercher des lois, des principes, des mécanismes qui puissent expliquer les comportements les plus simples comme les stratégies les plus élaborées observées chez les animaux.

Et ce, sous les principaux angles suivant :

  • La physiologie = Quels parties du corps sont activées et impliquées pour effectuer le comportement ?
  • Les causes immédiates (mécanismes) = Qu’est-ce qui déclenche un comportement et comment se déploie-t-il etc. ?
  • La fonction (rôle adaptatif) =  A quoi sert tel comportement ? Par exemple: se nourrir, communiquer, marquer son territoire, etc.
  • L’ontogénie = Comment le comportement se développe-t-il et/ou évolue-t-il au cours de la vie d’un individu ? Est-il constant ou qu’à certains âges ?
  • Et l’évolution phylogénétique (ie, l’histoire évolutive d’un comportement donné au fur et à mesure de l’évolution de l’espèce) = Exemple : ce comportement se retrouve-t-il chez les espèces ancestrales ? Prenez par exemple le rire de l’humain, était-il déjà présent chez nos premiers ancêtres à 4 pattes ?

Une discipline qui a révolutionné notre vision des animaux

Depuis le  XXe siècle, c’est une discipline en plein essor et les nombreuses découvertes en la matière ont transformées la vision que l’on pouvait auparavant avoir des animaux.

Elle a notamment permis de démontrer que les animaux ne sont pas des « machines »  comme les humains l’ont pensé pendant de longs siècles.

L’éthologie a en effet grandement contribué à mettre en lumière l’incroyable intelligence des animaux, mais aussi et surtout leur sentience, c’est-à-dire le fait que les animaux ressentent des émotions, le bien-être & la souffrance psychique en plus de la douleur et du plaisir physique.

Certains ont même une conscience d’eux-mêmes (c’est-à-dire qu’ils peuvent se reconnaître dans un miroir, ils comprennent que l’image reflétée par le miroir est eux-mêmes) comme c’est le cas de nombreuses espèces de singes, le grand dauphin, l’éléphant d’Asie, la pie bavarde et même un poisson (le labre nettoyeur commun).

Nombre d’espèces animales ont aussi une culture (de chasse, ou des rites funéraires par exemple), utilisent des outils, manifestent de l’entraide entre eux et même envers d’autres espèces, ont un langage, etc.

 

L’humain n’est en fait pas si différent des autres animaux

Nous les humains qui nous pensions si différents et surtout si supérieurs, voilà notre égo mis à mal. Et c’est bien grâce à toutes ces formidables découvertes que la cause animale est maintenant d’actualité. Sachant aujourd’hui tout ceci, nous devons au plus vite remettre en question ce que nous faisons des animaux comme la manière dont nous les traitons.

 

L’éthologie contribue AUSSI à la préservation des animaux

L’éthologie est aussi extrêmement précieuse  en termes de préservation des espèces animales. Comprendre le mode de vie d’une espèce, ses liens avec son environnement, son organisation et la structure de ses liens sociaux, la manière dont ils communiquent entre eux, etc., permet de mieux comprendre leurs besoins et ce qui est crucial à leur survie.

Ce ne sont d’ailleurs là que quelques exemples, car l’impact de l’éthologie est déjà immense alors même que pour l’instant, elle n’en est qu’à ses débuts et que nous ne savons encore que très peu de chose sur les animaux.

 

Les découvertes remettent en question la manière dont nous traitons les animaux

Enfin, puisque l’éthologie a radicalement révolutionné notre vision de l’animal pour nous démontrer qu’ils ne sont pas si différents à bien des égards, elle nous invite donc indirectement aujourd’hui à nous redéfinir en tant qu’humain et en tant qu’humanité, ainsi qu’à redéfinir la place et les droits de  chacun. Là est l’une des plus grandes révolutions que nous réserve ce siècle.

 

Comme le disait Ghandi :

“On reconnaît le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux”.

Quel peuple sommes-nous ?

kangourou
éthologie animale

Articles associés

YouTube
YouTube
LinkedIn
LinkedIn
Share
Instagram